Valério Rossi

Valerio Rossi doute

Valerio est un véritable waterman et touche-à-tout sur toutes les vagues. Il y a dix ans, il s'est présenté pour la première fois dans notre magasin de surf sans aucune idée et est maintenant un solide surfeur de grosses vagues avec beaucoup de courage et d'engagement. Il aime la vie, surfe de temps en temps, est de nature joyeuse et se tire parfois une balle dans la main avec un harpon. Ravi de l'avoir dans l'équipe maintenant ! Sois le bienvenu.

Millésime : 1999

Métier : aspirant apprenti

Ville natale : Zurich

Hobbies : Surf, big wave surf, planche à voile, pump foiling, pêche sous-marine, lecture, fitness, standup paddle, entraînement d'endurance, manger beaucoup :)

Posture : Dingo

Sports de glisse : Surf océanique / Wavepool / Wakesurf / Skateboard / Surfskate / Snowboard

Lieu d'origine : Lacona, Il Cantone, Île d'Elbe

Destinations favorites : Nazaré

Planches de surf :

Amour : ma nonna, ma famille, fille, nourriture, planche de surf

Haine : les kookeria, les gens qui détestent les autres, les gens stupides

 SUIVEZ VALERIO ROSSI SUR :
Instagram

Parlez-nous brièvement de vous.

Je m'appelle Valerio, j'ai 24 ans (28 janvier 1999) et j'ai grandi pour moitié à Zurich et pour moitié sur l'île d'Elbe. Je suis étudiante au PHZH pour devenir enseignante au primaire. Je vis pour le surf de grosses vagues, même si je peux m'amuser toute la journée avec des vagues de 20 cm.

Comment êtes-vous devenu passionné par le surf ?

J'ai commencé à surfer grâce au film THE BIG WEDNESDAY. J'ai vu le film pour la première fois quand j'avais 13 ans et peu de temps après, chez moi à l'île d'Elbe, j'ai surfé ma première vague le 24 décembre avec 3 vieux neurones courts superposés et une planche à voile de 3 mètres de long provenant du Années 70/80. C’est à partir de là que tout a commencé. Mon objectif était clair après le film. Je voulais surfer les plus grosses et les plus belles vagues. Mon Nonno m'a emmené attraper des calamars sous l'eau quand j'avais 3 ans. J'ai grandi à moitié en Méditerranée et j'ai une relation étroite avec la mer depuis que je suis enfant.

Depuis combien de temps surfez-vous ?

Depuis environ 11 ans.

Qu’est-ce qui vous fascine dans le surf/pourquoi le faites-vous ?

Je ne m'en rendais pas compte quand j'ai commencé, mais le surf a donné un sens à ma vie. Je base tout là-dessus, ma formation, mes voyages…etc…

Faire corps avec l'élément eau, surtout dans un tube épais, est indescriptible, je n'en ai pas eu beaucoup jusqu'à présent, mais ceux que j'ai surfés sont tous gravés dans ma tête et m'ont offert les moments les plus intenses de ma vie. vie. Je me sens aussi plus à l'aise au bord de la mer et surtout dans l'eau elle-même, que ce soit le surf, le snorkeling, la pêche sous-marine, la voile etc...

Vous ne pouvez choisir qu’un seul endroit pour surfer pour le reste de votre vie. De quel endroit s'agirait-il et pourquoi ?

Je prendrais Nazaré car cet endroit est magique, ça marche avec un demi-mètre et l'échelle monte jusqu'à 30 mètres et on peut toujours surfer sur les vagues. Si je devais y aller par cœur, je choisirais quand même l'île d'Elbe car c'est là que je suis chez moi.

Quelle est votre plus grande inspiration en matière de surf ?

Kaluhiokalani Buttons est la première personne qui me vient à l'esprit quand je pose cette question, pour moi c'était le maître du style, il savait tout aussi bien rider en switch et était sacrément créatif sur les vagues. Ensuite, bien sûr, tous les surfeurs de grosses vagues que j'ai connus jusqu'à présent me viennent à l'esprit (Antonio Silva, Marcio Freire Maddog, Joao Macedo, Vinicus Dosantos, Natxo Gonzales...etc.). Quand il s'agit de surf normal, je j'aime vraiment Mike February et Rob Machado.

Un de vos surfeurs préférés

Boutons Kaluhiokalani, Greg Noll

Quelles planches préférez-vous pour surfer ?

Pour les guns à hautes vagues, pour les tubes step ups, pour les vagues longues pas fortes, les fishboards avec beaucoup de volume, en général j'aime les planches avec beaucoup de volume.

Qu'est-ce que ça fait d'être un rider du team Surfari ?

Fantastique, grandiloquent, méga génial. J'ai acheté ma première vraie planche de surf chez Surfari quand j'étais enfant et faire maintenant partie de l'équipe me rend fier.

Peut-on parler d’une scène surf en Suisse ? Si oui, êtes-vous actif ou passif dans un club ?

Je dirais oui, même si je ne suis pas particulièrement impliqué dans la scène du surf suisse. J'ai quelques amis qui vivent ici et qui surfent aussi et parfois nous partons en surf trip ensemble, mais en fait je suis plus intéressé par la scène du surf italien.

Quel a été votre plus grand défi de surf jusqu’à présent ?

Se préparer pour Nazaré était un grand défi. Et bien sûr, traverser le rivage de Nazaré avec une arme à feu est l'une des choses les plus fatigantes que j'ai faites jusqu'à présent. Un autre très gros défi était de surfer sur un très beau tube en Italie et de m'en sortir, ce que j'ai finalement réussi à faire cette année. Quelque chose d'autre me vient à l'esprit : j'ai essayé un jour de pagayer à Levanto (Ligurie) pendant une tempête. Le courant était si fort et les vagues très hautes pour l'Italie que j'avais 45 minutes avant d'être dans l'alignement.

Quelle est votre aventure de surf préférée ? Décrivez une anecdote d’un voyage de surf.

J'ai vécu plusieurs belles aventures de surf jusqu'à présent. Mais l’un des meilleurs s’est produit en février de cette année. Je voyageais au Portugal avec deux amis pendant 18 jours. Les prévisions indiquaient une grosse houle censée arriver un mercredi. C'est comme ça que ça s'est passé. Mon ami Giovanni Evangelisti et moi avons pagayé 40 minutes depuis le village de Nazaré autour du phare jusqu'à Praia do Norte. L'eau était bleu acier et les vagues mesuraient de 20 à 25 pieds de haut, les plus hautes étant peut-être même plus hautes. Le vent soufflait comme une brise de terre et le temps était ensoleillé. Nous avons tous les deux pagayé dans la plus grosse vague de notre vie jusqu'à présent. J'ai aussi été touché à la tête par une vague et l'effacement a été plus dur que jamais. Néanmoins, j’ai réussi à rester calme, ce qui montre que l’entraînement avait apporté quelque chose.

Y a-t-il une culture surf pour vous ? Si oui, comment les décririez-vous ?

Je n'aime pas particulièrement la culture normale du surf que j'ai connue jusqu'à présent, il y a trop de surfeurs qui prennent tout cela trop au sérieux, se sentent mal à l'aise dans l'eau et ne s'entraident pas. Je l'ai vécu différemment dans les grosses vagues, où la plupart des gens sont gentils les uns avec les autres, ils s'entraident et c'est comme une fraternité. C'est peut-être parce que lorsque les vagues sont grosses, les surfeurs sont simplement heureux d'être arrivés en un seul morceau.

Ou pour reformuler : y a-t-il des stéréotypes dans le monde du surf à propos du surf ou des surfeurs pour vous ?

Comme mentionné ci-dessus, d'une part, il y a beaucoup de gens désagréables. D'un autre côté, je dois dire que dans aucune autre communauté je n'ai rencontré autant de personnes amusantes, gentilles, amicales et solidaires que dans la communauté du surf.