Alena Ehrenbold

Millésime : 1983

Profession : Professeur de gym, réalisateur, surfeur

Ville natale : Lucerne

Hobbies : dormir, lire

Position : régulière

Sports de glisse : Surf océan / Surf rivière

Lieu d'origine : Lucerne, Suisse

Destinations favorites : Indonésie

Planches de surf : Sements

Amour : Tonneaux, Chueche, c'est le lit de grenouille azognig

Déteste : meute, lunishi Lüüt

Concours : Ocean Ranking SSA, 1ère place

Sponsors : Corona, Swox, Xcel, Josea swimwear, stina's lifestyle, bobbi brown

SUIVEZ ALENA EHRENBOLD SUR :
 Viméo Instagram

Entretien avec Alena Ehrenbold

Parlez-nous brièvement de vous.

Je m'appelle Alena. Quand j’avais 21 ans, j’ai suivi un cours de surf pour débutants de deux semaines au Portugal. Et à partir de là, c’était partout sur moi. 
Chaque fois que j'avais assez d'argent et de temps pendant mes études d'économie à l'Université de Zurich, j'allais à la mer pour surfer. Après mes études, j'ai travaillé pendant six ans comme professeur d'économie et de droit au lycée de Lucerne, jusqu'à ce que je décide de vivre du surf et de produire des films de surf.

Qu’est-ce qui vous fascine dans le surf ?

Le surf est bien plus qu'un simple sport. C'est une passion, un jeu avec les forces de la nature, un défi sans fin, un sentiment de bonheur absolu : il est difficile de décrire ce qui le rend exactement si fascinant.

Vous ne pouvez choisir qu’un seul endroit pour surfer pour le reste de votre vie. De quel endroit s'agirait-il et pourquoi ?

Indonésie – trop parfaite pour être vraie.

Quelles planches préférez-vous pour surfer ?

Je suis désormais un touche-à-tout : je n'abandonnerais à aucun prix mon Twinfin Retrofish et mon Singlefin Longboard de Robin Goffinet (ROBsurfboards). 
Mais j'aime aussi faire des virages serrés avec les shortboards élégants de Nick Uricchio (Sementesurfboads) ! Quand les choses deviennent importantes, je sors mon minigun 6'2. Et dans des moments très spéciaux, mon pistolet 6'6 est utilisé - malheureusement cela arrive trop rarement !

Qu'est-ce que ça fait d'être un rider du team Surfari ?

JUSTE SUPER HEUREUX !!!

Peut-on parler d’une scène surf en Suisse ? 

Oui bien sûr!! Et comment… Depuis le tournage de « I Wanna Surf » en 2014, j’en suis définitivement conscient.

Si oui, êtes-vous actif ou passif dans un club ? 

Je surfe depuis 10 ans au sein de l'équipe nationale suisse de surf organisée par la Fédération Suisse de Surf (SSA). 
En 2018, j'ai aidé à constituer la première équipe junior et à l'envoyer aux Championnats du monde juniors. Ce ne sera certainement pas la dernière fois !
Le tout nouveau Swiss Surf Film Festival aura lieu en 2019: www.swisssurffilmfestival.ch. Il se passe quelque chose en Suisse !

Quel a été votre plus grand défi de surf jusqu’à présent ?

S'améliorer... Avec un emploi permanent en Suisse et sans entraîneur ni coéquipiers, c'était assez difficile de progresser. Je voyageais souvent seul car à l'époque je ne connaissais pas beaucoup d'autres surfeurs qui voulaient m'accompagner dans des endroits comme l'Afrique du Sud, les îles Canaries, Hawaï ou l'Indonésie.

Y a-t-il une culture surf pour vous ? Si oui, comment les décririez-vous ?

Oui, la culture originelle du surf hawaïen : le surf, notamment sur les pointes et les récifs, a beaucoup à voir avec le respect. 
Si un Hawaïen n'est pas sûr à 100% d'avoir le take off et qu'il y a d'autres surfeurs bien placés qui pourraient surfer sur la vague, alors il laisse la vague aux autres surfeurs. 
En Europe, on parle souvent de « catch as catch can… », ce qui signifie quelque chose comme : « Vous les attrapez comme vous pouvez les attraper… »
À Hawaï, les femmes sont tout aussi respectées que les hommes dans l’eau. Malheureusement, on ne peut pas en dire autant d'autres endroits...